Accueil - Taiha.com

Photos de Tahiti et ses îles

Le tatouage aux îles Marquises

Te Patu Tiki

Motif de tatouage

Le tatouage était un acte sacré qui s'exerçait dans un lieu sain, dans une case tapu par un Tuhuna et plus la personne était tapu, plus le maitre tatoueur était investi du Mana surtout quand il intervenait pour tatouer la tête. Certains grands chefs et prêtres restèrent ainsi indemnes de tatouages, en particulier au visage. Le tatouage avait un rôle propitiatoire et sa fonction sacrée se composait d'obligation variable selon l’époque et l'espace. Quand le tuhuna se présentait, on l’accueillait et il choisissait les motifs en fonction d'impératif divers. Son étui de bambou se composait de peignes et de martelets fabriqués en bambou et bois de fer. À l'extrémité des peignes étaient ficelés des dents de Requin, os d'oiseaux, écailles... taillés sur du corail en forme de dent. L’usage privilégier de l'os humain ou d'autres substances chargées d'une valeur symbolique était réservé aux personnes tapu. La préparation de la teinture était un acte sacré et le plus souvent fabriqué par l’assistant du tuhuna. Le pigment en général était à base de noix de bancoulier, l'assistant enfilait les noix sur une tige de bambou ou sur la nervure d'une feuille de cocotier puis il allumait les noix qui se consumaient lentement et en recueillait la suie à l’intérieur d'une demi coque de noix de coco. Le tatouage était un habillement, un langage, un signe de pouvoir, un titre de gloire. L’absence de repère sur le corps avait quelque chose d'intolérable. Le tatouage était une obligation dans la société marquisienne, elle identifiait l’individu en fonction du sexe et de son rang social.

tuhuna = tatoueur, tapu= tabou

Te Patu Tiki : l'art du tatouage aux îles Marquises: Pierre et Marie-Noëlle Ottino-Garanger

Galerie photos

Tatouage de la poitrine: photo Laurent Sauvat

La langouste

Homme tatoué avec un collier en os

La vague

Tatouage géométrie tahaa

Le tatouage

Top